, ,

Les relations UE-Méditerranée en matière agricole. L’exemple du Maroc et de la Turquie

orange-maroc.jpg_574_3000_2

Rédigé par Raúl Compés López, José-María García-Alvarez-Coque et Tomás García Azcárate*

Initiées dans les années cinquante, les relations institutionnelles de l’Union européenne avec les pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord (MOAN) sont aujourd’hui redéfinies par la Politique européenne de voisinage (PEV). La libéralisation des échanges joue un rôle clé dans les relations entre l’UE et ces pays. Aujourd’hui, les biens manufacturés accèdent au marché européen sans droits de douane, tandis que les exportations des produits agricoles ou provenant de l’agriculture ainsi que des produits de la pêche sont soumis à un régime dérogatoire. Si les pays du MOAN et l’UE partagent des intérêts communs, certaines questions exigent de mener des stratégies de coopération volontaristes, pour éviter les échecs. La libéralisation des échanges peut avoir des résultats nets positifs, mais elle crée aussi des perdants. Des mesures d’accompagnement sont donc nécessaires pour assurer le bien-être de tous à moyen et long termes.

Parmi les pays du MOAN, la Turquie et le Maroc entretiennent des relations particulièrement étroites avec l’UE. La balance commerciale du Maroc et de la Turquie avec l’UE est globalement favorable à l’Union ; elle est pourtant négative en matière d’échanges agricoles. Ce déficit s’est réduit depuis 2006 en raison des gains de compétitivité de l’agriculture européenne. À moyen terme, la situation des deux pays pourrait évoluer compte tenu de leur potentiel agricole, à condition toutefois qu’ils surmontent leurs faiblesses.

La coopération apparaît nécessaire dans les deux cas et des deux côtés. Les programmes de coopération (par ex. MEDA I et II) ont montré leur utilité, mais, compte tenu de leur impact économique et social, plus d’actions devraient être envisagées dans le domaine agricole. Le nouveau Programme européen de voisinage pour l’agriculture et le développement rural ainsi que le réseau Recherche agricole pour le développement (RAD) devraient jouer dans les pays du MOAN un rôle positif. Des mesures spécifiques de compensation pour les producteurs européens doivent également être envisagées. Concernant la concurrence accrue à laquelle les États membres ou les candidats à l’adhésion sont confrontés, en cas d’intégration politique et économique, l’UE possède une longue et fructueuse expérience, qui pourrait être étendue à la coopération euro-méditerranéenne.

Les tensions pourraient être réduites par l’extension d’instruments efficaces de la politique européenne (LEADER, organisations de producteurs, interprofessions, etc.) aux pays du MOAN. Les organisations intergouvernementales comme le Conseil oléicole international, les institutions civiles et mixtes (CIHEAM, CLAM, COPA-COGECA, et commissions régionales ou binationales) et les investissements directs étrangers pourraient jouer à l’avenir un rôle de plus en plus important. De manière générale, les actions de coopération devraient être développées en impliquant tous les partenaires du développement rural et agricole.

Publié initialement sur Atalayar

0 comentarios

Dejar un comentario

¿Quieres unirte a la conversación?
Siéntete libre de contribuir